Site Loader

Depuis la fin des charrettes tirées par des chevaux, les fournisseurs des bars et restaurants ont toujours transporté leurs marchandises et livré leurs clients en camions !
Comme souvent, faire ce qu’on a toujours fait semble être l’option qui s’impose. Inventer d’autres façons de travailler s’apparente pour certains à une utopie, et pour d’autres à une démarche dérisoire.

Pourtant, la Maison Milliet, fournisseur boissons des bars et restaurants parisiens depuis des décennies a fait le choix de s’engager en livrant certains de ses clients à vélo et s’en explique ici …

Regardez notre reportage

  1. L’avenir de la planète est en tel enjeu qu’aucune démarche visant à la protéger n’est vaine ou dérisoire
  2. Les actions concrètes prévalent sur celles de « greenwashing » (ou eco blanchiment) inspirées par le marketing
  3. Le CHR, symbole de la convivialité, du partage, de l’art de vivre ne peut pas se tenir indéfiniment éloigné de ses responsabilités environnementales
  4. Les capacités de stockage peuvent être limitées pour certains bars et restaurants. En conséquence, ils apprécient de se faire livrer plus souvent et en profitent pour sélectionner des formats d’emballage avantageux et gain de place
  5. Un vélo cargo peut transporter jusqu’à 100kg de marchandises
  6. Un vélo cargo se faufile plus aisément en ville. Ainsi, il respecte mieux les contraintes horaires souhaitées par les clients
  7. Les chauffeurs-livreurs de poids lourds peuvent se concentrer d’avantage sur le coeur de leur métier, c’est à dire le transport et la livraison de volumes conséquents
  8. Quand certains polluent moins, on respire tous mieux

Un premier bilan encourageant

En sa qualité d’acteur économique parisien devant recourir à une logistique intense, la Maison Milliet vise à concilier contraintes de livraison et maîtrise de son impact environnemental. C’est aussi avec une certaine fierté qu’elle a pu récemment inspirer ses confrères entrepositaires de boissons en présentant son premier bilan.

6 mois d’engagement au service de l’environnement

Sara Solanas

Laisser un commentaire